Petit post d’auto-promo en aparté pour parler du film de la Nuit du Hack 2011 qui m’a été commandé par Sysdream, mon premier travail rémunéré dans le milieu du hacking. Le film de 12 minutes est en ligne depuis juillet et récolte de bons retours. Le voici : (attention : contrairement au reste du contenu de ce blog, ce film n’est pas en copyleft, il est propriété de Sysdream-HZV, tous droits réservés).

Tourné en une journée et une nuit, il montre l’essentiel de l’événement, conférences, workshop et challenge, avec une variété de styles, alternant l’événementiel un peu hype, le film de conférences et le documentaire dans les séquences de la préparation du challenge et de son annulation. A noter qu’intégrer cette partie dans le film n’était pas une évidence, il aura fallu réfléchir ensemble à la manière de présenter la situation et la faire expliquer à la fin du film par Paolo Pinto. Une « communication de crise » typique qui visiblement a porté ses fruits. Bravo et merci au staff pour sa prise de recul et sa volonté d’assumer publiquement cette annulation.

Dans ce film j’utilise une nouvelle fois une technique de compositing en cache contre-cache, permettant de mélanger les personnages sur scène avec d’autres prises de vue. C’est de l’incrustation DIY, car on utilise généralement un fond coloré et du matériel vidéo offrant la possibilité de lisser les contours en post-production. Rien de tout cela n’a été utilisé ici, une caméra mini DV et After effects auront suffi, l’effet est brut, il laisse passer des impuretés, mais je ne m’en lasse pas ;).

Un quart de ma rémunération a été reversée à Tana pour l’utilisation de son morceau « Guacamoules frites ». Tana vit maintenant au Mexique, il évolue dans le champ de la musique électroacoustique, il est également guitariste dans une formation hardcore-jazz, les Louise Mitchels, notre collaboration a commencé il y a 2 ans, et depuis peu il a un site.

Pour financer un tel film, la plupart des organisateurs d’événements peuvent faire appel à des sponsors, ou leurs fonds propres lorsqu’il s’agit d’entreprises. A quand, également, une utilisation d’Ulule pour ce type de prestations, afin de faire voir des événements communautaires non financés ?

Cette rencontre avec Sysdream-HZV a été également l’occasion de 3 interviews orientées sécurité, en cours de montage. Nous y reviendrons dans de prochains articles, après un détour par Hackito Ergo Sum 2010. Eh oui, je n’ai toujours pas raconté comment j’ai atterri dans cette conférence l’année dernière. Ambiance, vous verrez.

Enfin, une idée pour une prochaine session ndh : s’installer en multi-caméra pendant le challenge et retransmettre dans une salle annexe pour que le public puisse vivre le challenge en temps réel.

Bonne rentrée !